Le Blog de Yv 2

29 janvier 2008

Nouveauté

On passe au web 3 avec une nouvelle adresse :

http://leblogdeyv3.wordpress.com/

Blog3

Posté par yves2 à 15:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]


31 décembre 2006

Mes voeux

On pourra dire que je ne me suis pas foulé ce mois de décembre ;-P

Allez, je vous souhaite à tous une

Voeux_2

Posté par yves2 à 17:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

19 décembre 2006

THE DEPARTED ♥♥♥

The_Departed_poster_2    Ambiance, vous avez dit ambiance. Il faisait froid dehors, hier soir, à presque 20h. Mais dans le complexe cinématographique où était projeté en avant première nationale The Departed, l'atmosphère était toute différente. C'était chaud. Il faut dire qu'on le guettait depuis un certain temps. Le film tant attendu de Martin Scorsese, après le brillantissime The Aviator(♥♥♥) allait enfin être projeté sous nos yeux. 2h30 de film, a priori c'est long. Comment l'un des meilleurs réalisateurs d'Hollywood a-t-il transposé à sa manière le film hongkongais Infernal Affairs.

    Je rassure ceux qui nourrissent certains espoirs de satisfaction avant d'aller le voir, The Departed est un très bon film. Ayant pour sujet l'infiltration, à défaut d'affirmer qu'il est un modèle du genre (j'ai tout de même envie de voir Infernal Affairs, ne fût-ce que pour comparer) le dernier opus scorsesien est réussi. Martin Scorsese arrive toujours aussi bien à faire ressortir sur écran des situations comme si on les vivaient. En effet, à l'instar de Gangs of New York et The Aviator, Scorsese excelle à nouveau dans son souci du détail via les décors et ici la transposition des différents aspects de l'infiltration (sur base d'une documentation solide).

    Les acteurs* sont au top. Malgré le fait qu'ils se croisent peu durant le film, DiCaprio et Damon réussissent une performance dans le jeu d'acteur tout bonnement époustouflante. On peut espérer que ces deux là, auparanvant récompensés, soient à nouveau nominés aux Oscars (dans sa 79ième édition) pour le rôle du meilleur acteur. Vous me diriez, si le scénario était en béton armé (avec des flingues et un peu d'amour quand même), si les acteurs étaient superbes, si l'environnement de Boston était quasi tangible, la note ne pourrait être que maximale. Que Nenni ! Il convient de signaler une déception n'engageant que moi : la chute du film. Donc sur une échelle de 4, on est à 3,5. Comme je suis un mauvais prof, pour cette fois, j'arrondi vers le bas, ce qui fait : ♥♥.

    The Departed est assurément un des films de l'année. A voir d'urgence, sa sortie est prévue en Belgique le 27 décembre 2006.

* Léonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson, Mark Wahlberg (Braquage à l'Italienne,...), Alec Baldwin, Martin Sheen (le président dans la série A La Maison Blanche), Vera Farmiga,...
 

TheDepartedTop1

Posté par yves2 à 22:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 décembre 2006

You & me

TimeCoverThe person of the year 2006 is,... YOU ! Why ? Click here and you'll know !

Cela devait fatalement arriver. Je trouve que c'est un joli coup du Time !

Par ailleurs, en preview, ce soir avant première nationale, dont je parlerai abondamment demain. APticketTheDeparted

P.-S. : Oui chère lectrice, oui cher lecteur, je blogue moins; disons que décembre est un mauvais mois (beaucoup de travail, un peu de fatigue,...). Pour autant le meilleur reste à venir. Encore bravo à toi, personnalité de l'année ;-)

Posté par yves2 à 15:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 décembre 2006

Vive le Roi !!!

Albert_IIIl y a des jours comme ça, comme qui dirait. Heureusement que le Roi Albert II était au parfum quelques minutes avant l'émission. Vous imaginez ! Le Roi interrompant, dénonçant et démentant une émission de docu-fiction, relevant plus de la fiction voire de la simulation et annonçant le départ de son Altesse vers le Congo (rien que ça), une Flandre s'autoproclamant indépendante et un Etat coupé en trois. Je n'étais pas devant mon téléviseur hier soir, mais au même moment devant la RTBF (La Une) certains coeurs ont dû palpiter à 200 à l'heure, surtout quand aucun élément ne permettait de comprendre comment était-on passé d'une Belgique unie (certes avec certaines tensions communautaires) à une Belgique éclatée. Ainsi allait la Belgique ce mercredi 13 décembre.

Sur le fond, je salue la volonté de la RTBF de faire réagir le téléspectateur sur les problèmes qu'engendrerait la scission du pays. Sur la forme, je suis beaucoup plus critique, car je pense que la chaîne de service publique est passée totalement à côté de ce qu'elle était censée faire, c'est-à-dire susciter le débat sur ce thème. Bien malgré elle, la "RTB" a provoqué d'autres réactions inattendues : l'incompréhension, la peur et après l'explication de cette tentative d'accroche (elle en a accroché des téléspectateurs) un débat sur l'émotion ressentie, le fait de s'être fait prendre dans un faux tourbillon médiatico-belge pendant au moins 30 minutes.

En optant pour une exposition des faits comme s'ils étaient réels, (pendant longtemps) l'écran dépourvue d'un propos ou d'un icône permettant de comprendre qu'on était confronté à une simulation, le choix de La Une est déontologiquement plus que discutable. La frontière entre le réel et l'irréel était plus que ténue. Nul doute que si j'avais été devant mon poste ce soir là, j'aurais marché au moins 30 minutes. On retiendra de ce mauvais épisode l'ascendant du pathos sur les vertus voulues pédagogiques de l'émission. C'est bien dommage !

Dérive journalistique ou pas, deux constats s'imposent :

1°) Pour devoir accrocher de plus en plus le lecteur, l'auditeur, le téléspectateur, le surfer, le blogueur,... bref vous et moi, les médias se doivent de recourir à des accroches jamais exploitées auparavant, fonctionnant plutôt bien pour la "presse écrite" (cf. la pub intelligente du Soir), fonctionnant apparemment mal en télévision, car il y a moins de recul (comparé à la presse), l'info étant "consommée" immédiatement.

2°) Dans le cas nous occupant, la "RTB" a privilégié une mise en situation malheureuse plutôt que la bonne vieille recette, souvent payante, du journalisme d'investigation. Sur un sujet aussi sérieux, on peut regretter que la chaîne n'ait pas opté pour un reportage de long format (d'au moins 90 minutes), fouillé, sur lequel on aurait consacré du temps (pourquoi pas une année) des hommes et notre argent, suivi d'un débat avec les principaux acteurs concernés. Cet épisode serait-il symptomatique de notre époque ?

Posté par yves2 à 21:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


28 novembre 2006

Craig,... Daniel Craig, la star du mois

Daniel_Craig

S'il y en a bien un qui se souviendra toute sa vie des critiques avant même que soient projetées à l'écran les premières images de Casino Royale, simplement parce qu'il ne correspondait pas au "moule" Bond, c'est bien Daniel Craig. Il en a bien bavé le pauvre.

Peu connu du grand public, ou à peine, depuis Munich, beaucoup considéraient que les producteurs et le réalisateur prenaient un pari risqué en s'offrant les services de Craig. Mais que constate-t-on une fois la transposition du scénario à l'écran : un Daniel Craig qui transcende le genre Bond et par extension qui donne une nouvelle dimension au personnage. Le rôle de Bond a toujours été central et fort, mais là Daniel Craig nous emmène dans des recoins physiques et psychologiques du personnage jamais explorés auparavant. Bref, vous l'aurez compris, l'acteur britannique nous gratifie d'une prestation remarquable.

Casino_Royale Et le film dans tous cela me diriez-vous. Il dure 2h18. On voyage beaucoup (mondialisation quand tu nous tiens). On y retrouve des éléments prévisibles et d'autres moins (voire imprévisibles). Le film commence sur les chapeaux de roue. Bond est plus brutal que ce dont on était habitué. Moins lisse Bond, certainement (!), mais avec un style des plus efficaces. Pour la premières fois nous avons à l'écran les traces des coups et des éraflures. Le réalisateur recherchait plus de concret, volontairement influencé ou non, à l'instar (si l'on reste dans ce registre) de The Bourne Identity / Supremacy ou de 24h Chrono. Les postures et l'influence des Bond Girl sont aussi revisitées, avec plus de fond et une Eva Green qui fait oublié qu'elle est la fille de Marlène Jobert. Moins de gadgets, un double zéro sept plus brutal, brillant, plus humain, favorisant l'empathie chez le spectateur, un méchant très spécial, c'est la recette gagnante du film. Ma note perso est sans appel :


P.-S. : Promis les camarades "footeux", je répondrai à vos commentaires ce mercredi en journée. Idem pour les derniers commentaires sur Ségolène. Par ailleurs, j'ai loupé l'avant-première :-(


♥♥Vous êtes le meilleur agent 007 de l'histoire
Champagne et carré d'as au Casino ! Very good !
♥♥
Bond film ;-P
Sean Connery revient, please !
Agent raté, double zéro tout court


Daniel_Craig_2

Posté par yves2 à 22:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 novembre 2006

Le ballon d'or, une vaste blague !

ballon_d_or_2006Parlons un peu de foot dans ce monde de brutes. Ce qui me permet de griller la politesse à Jack, qui devait être le premier sur le coup (en terme de publication de message).

Honnêtement, le Ballon d'Or qui sera très probablement donné (aujourd'hui) à Fabio Cannavaro, c'est du grand n'importe quoi ! C'est la prime par excellence à la triche. Pour rappel, ce joueur était soupçonné de dopage dans son ancien club Parme, ce confirmé par vidéo. Je reconnais qu'il a fait un très bon championnat 2005-2006 avec la Juve. Mais celui-ci était entaché de corruption (pour les années précédentes) et il a entraîné une relégation de la Juve en Serie B. En plus, après une sanction exemplaire des instances sportives italiennes, quand je vois que la Juve s'en sort plus que bien, grâce à une succession d'appels, je me dis qu'il n'y a pas de moral pour le foot, voire pour le sport en général !

Indépendamment de cet aspect là, sportivement parlant, il y avait mieux comme choix. Non ?

Posté par yves2 à 08:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

26 novembre 2006

Week end reposant

000_0037Oh mon Dieu, je n'ai pas péché. Mais remarquez chères lectrices et chers lecteurs, je n'ai pas lu ou très peu ce week end. Disons que je me suis surtout reposé. Cela ayant pour conséquence directe : les gros dossiers en preview (lire messages précédents) sont pour la plupart reportés à cette semaine (le premier jour de la semaine étant dimanche). Bon, demain, une avant-première m'attend. Une petite critique sera postée le lendemain (mardi soir). Pour illustrer le propos de ce message, je vous laisse cette belle photo du chat du camarade R., il se reconnaîtra ;-P

P.-S. : Pour ceux qui veulent (tout de même) alimenter leur réflexion c'est chez Amanda et pour ceux qui ont faim d'art c'est chez Sophie. 

Posté par yves2 à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2006

Children of Men

CliveOwenCOMLondres en 2027, dix-huit années d'infertilité, l'immigration de masse liée au terrorisme, vous mélangez le tout et vous obtenez l'un des scénarios les moins optimistes qui nous est dépeint par Alfonso Cuaron. Les habitants de la terre ne voient guère d'espoir face à la fin de l'humanité qui poindrait à l'horizon. Pourtant, une femme représente l'espoir. Elle est enceinte. Cela faisait plus de 17 ans que l'humanité attendait cela. Pour éviter tout échec dans l'accouchement (comment la population réagirait si elle avait connaissance d'une nouvelle aussi cruciale?), Julian* demande à Théo (Clive Owen) d'escorter celle que plus personne n'attendait.

La manière de filmer de Cuaron est efficace (la caméra à l'épaule est fortement présente dans le dernier 1/4 du film). Elle renforce un scénario haletant, peu prévisible durant une bonne partie du film et faisant monter la pression crescendo. Alfonso Cuaron respecte la grande tradition du film d'anticipation. Dans ce genre cinématographique, on retrouve, parmi les plus marquants, Minority Report. La comparaison entre les deux opus ne serait pas raison. Alfonso Cuaron nous plonge dans un monde tellement réaliste qu'on pourrait croire que l'action se passerait dans 5 ans. Tout le contraire d'un Minority Report, film à gros budget, dont les images sont lisses et qui nous plonge un peu plus en avant dans le temps, sans que cela ne soit trop lointain.

Côté acteur, Clive Owen** joue le rôle principal et il est toujours aussi bon à l'écran. C'est toujours un vrai plaisir de le retrouver. Julianne Moore est un peu plus effacée dans le film pour des raisons scénaristiques que je ne dévoilerai pas. Quant à Chiwetel Ejiofor, il joue un rôle à contre-courant de ceux qu'on lui connaissait auparavant, ce tout en restant crédible. Ce film m'a laissé sur une bonne impression. Ma note perso :  ♥♥

* admirablement jouée par l'excellente Julianne Moore.

** deuxième bonne pioche dans l'année 2006 pour Clive Owen, après son excellent rôle dans Inside Man.

P.-S. : Il faudra attendre en Belgique la fin de l'année pour voir The Departed, mais en exclu, on a un bon rapport (qui n'est pas un spoiler) signé par la talentueuse Amanda.



♥♥A voir dans les salles obscures si on ne veut pas mourir idiot
On aurait dû payer un peu plus chère sa place pour voir le film
♥♥
Bon film
Le prof a dit : "tu passes juste avec la moyenne !"
Une daube

Posté par yves2 à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2006

Preview : Mauvaise foi

mauvaisefoitopIl y a des films comme ça, on ne sait trop pourquoi, qui vous pousse à vouloir les voir avant tout le monde. Mauvaise foi s'inscrit pleinement dans cette "envie du moment". Cela est certainement dû à un savant mélange entre une belle histoire de mixité, des acteurs talentueux (Roschdy Zem, Cécile de France, Jean-Pierre Cassel) auxquels il faut ajouter l'ambiance "fin de la l'année" ;-P

Plus sérieusement, l'histoire et la bande annonce me donnent envie, les premières critiques semblent positives et pour votre plus grand bonheur demain je vais me réserver les places de la seule avant-première en Belgique, pour ce lundi 27 novembre. La sortie officielle du film est prévue pour le 6 décembre. Je vous tiens au courant, cela en espérant que toutes les places n'auront pas été prises d'ici là.

P.-S. : Oui, je sais, je n'ai pas encore traité du film Children of Men, que j'ai vu il y a quelques semaines. Ma modeste "critique" sera prochainement sur ce blog, disons ce jeudi.

Post-Scriptum 2 : Pour les fidèles de ce blog, mon message "La Gauche (2)" ne sera pas posté avant dimanche. Par ailleurs, je vous prépare pour ce week end un tout autre message (quoi que) sur le modèle social européen, à la suite des événements survenus à VW Forest.

Posté par yves2 à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]