14 décembre 2006

Vive le Roi !!!

Albert_IIIl y a des jours comme ça, comme qui dirait. Heureusement que le Roi Albert II était au parfum quelques minutes avant l'émission. Vous imaginez ! Le Roi interrompant, dénonçant et démentant une émission de docu-fiction, relevant plus de la fiction voire de la simulation et annonçant le départ de son Altesse vers le Congo (rien que ça), une Flandre s'autoproclamant indépendante et un Etat coupé en trois. Je n'étais pas devant mon téléviseur hier soir, mais au même moment devant la RTBF (La Une) certains coeurs ont dû palpiter à 200 à l'heure, surtout quand aucun élément ne permettait de comprendre comment était-on passé d'une Belgique unie (certes avec certaines tensions communautaires) à une Belgique éclatée. Ainsi allait la Belgique ce mercredi 13 décembre.

Sur le fond, je salue la volonté de la RTBF de faire réagir le téléspectateur sur les problèmes qu'engendrerait la scission du pays. Sur la forme, je suis beaucoup plus critique, car je pense que la chaîne de service publique est passée totalement à côté de ce qu'elle était censée faire, c'est-à-dire susciter le débat sur ce thème. Bien malgré elle, la "RTB" a provoqué d'autres réactions inattendues : l'incompréhension, la peur et après l'explication de cette tentative d'accroche (elle en a accroché des téléspectateurs) un débat sur l'émotion ressentie, le fait de s'être fait prendre dans un faux tourbillon médiatico-belge pendant au moins 30 minutes.

En optant pour une exposition des faits comme s'ils étaient réels, (pendant longtemps) l'écran dépourvue d'un propos ou d'un icône permettant de comprendre qu'on était confronté à une simulation, le choix de La Une est déontologiquement plus que discutable. La frontière entre le réel et l'irréel était plus que ténue. Nul doute que si j'avais été devant mon poste ce soir là, j'aurais marché au moins 30 minutes. On retiendra de ce mauvais épisode l'ascendant du pathos sur les vertus voulues pédagogiques de l'émission. C'est bien dommage !

Dérive journalistique ou pas, deux constats s'imposent :

1°) Pour devoir accrocher de plus en plus le lecteur, l'auditeur, le téléspectateur, le surfer, le blogueur,... bref vous et moi, les médias se doivent de recourir à des accroches jamais exploitées auparavant, fonctionnant plutôt bien pour la "presse écrite" (cf. la pub intelligente du Soir), fonctionnant apparemment mal en télévision, car il y a moins de recul (comparé à la presse), l'info étant "consommée" immédiatement.

2°) Dans le cas nous occupant, la "RTB" a privilégié une mise en situation malheureuse plutôt que la bonne vieille recette, souvent payante, du journalisme d'investigation. Sur un sujet aussi sérieux, on peut regretter que la chaîne n'ait pas opté pour un reportage de long format (d'au moins 90 minutes), fouillé, sur lequel on aurait consacré du temps (pourquoi pas une année) des hommes et notre argent, suivi d'un débat avec les principaux acteurs concernés. Cet épisode serait-il symptomatique de notre époque ?

Posté par yves2 à 21:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Vive le Roi !!!

    Moi non plus j'étais pas devant la télé(comme d'hab!). Et bien que tu n'aie pas l'air d'apprécier la manière que la RTBF a utilisée pour ce foutu "truc", c'est bien elle qui a fait en sorte que tout le monde (toi y compris) en parle! Donc je salue la manière et la forme...:p. J'voulais aussi pousser un ptit coup d'gueule contre l'abrutissement des gens devant les médias...c'est quand même la preuve qu'on (sauf moi pcq j'regarde pas la télé :d) bouffe tout cru ce que nous fournit la télé! C'est triste je trouve!! snif!

    Posté par Giuse, 14 décembre 2006 à 23:36 | | Répondre
  • une histoire belge

    voilà bien la première fois depuis des années que je regrette de ne pas regarder la télé...

    heureusement :
    http://www.dailymotion.com/visited-today/video/xstqt_rtbf-belgique-secession

    perso, je trouve ça excellent.

    C'est un pavé dans la mare. C'est fort. Ca crée l'émotion.

    A nous de raisonner nos émotions. Il y avait des indices incitant au doute et à l'exercice d'un minimum d'esprit critique.

    Beaucoup n'y sont pas arrivés, confondant "vu à la télé" avec "parole révélée".

    La première vertu de l'émission est donc de montrer comme il importe d'éduquer aux médias.


    Un sujet aussi grave ne mérite-t-il pas de jeter un tel pavé dans la mare?
    Face au rejet de la politique, à l'apathie citoyenne, à la banalisation des informations les plus graves, cela me semble plutôt salvateur.

    Le journalisme objectif nous laissait entendre quotidiennement la contagion des idées sécessionnistes flamingantes et la tiédeur de l'opposition francophone. On s'habituait tout doucement à l'idée séparatiste.
    Tandis que là, par ce coup d'audace journalistique, on peut mesurer l'ampleur du rejet dont elle fait l'objet.

    La 2ème vertu de cette émission est de faire sentir combien l'attachement à une Belgique une est encore largement partagé : l'opposition au séparatisme est plus tangible.


    En définitive, je pense que voilà bien une communication réussie : le message est passé haut et clair.

    Posté par Dorlemonde, 15 décembre 2006 à 00:56 | | Répondre
  • Réponse matinale A Giuse

    Cher ami, tu disais "c'est bien elle qui a fait en sorte que tout le monde (toi y compris) en parle!" Pour autant, son unique but était qu'on DEBATTE SUR la scission de Belgique, de ses implications et de la position qu'on pouvait avoir par rapport à cela ! Que voit-on aujourd'hui ? Tout le contraire ! On ne débat que sur la forme, alors que La Une voulait du fond ==> Mission non accomplie pour la "RTB".

    Soit dit en passant, je regarde peu la télé aussi, pour autant, c'ets faire preuve d'humilité de dire que face à un tel format d'émission, j'aurais plus que probablement été bluffé un temps, car la télé reste de l'info instantanée lorqu'elle est montrée comme une info en "live", avec moins de positionnement critique que lorsqu'on lit un journal.

    Posté par Yv, 15 décembre 2006 à 08:27 | | Répondre
  • Réponse matinale A Dorlemonde

    Passion n'est pas raison.

    La passion et les émotions sont une chose, la raison et la réflexion une autre.

    Je pense qu'on est de plus en plus critique par rapport aux médias, mais lorsque celui-ci se garde de recourir à certaines précautions, n'importe qui, même toi, même moi, pouvons tomber dans le panneau.

    Par ailleurs, je pense qu'on n'avait pas besoin de cette émission pour démontrer qu'une majorité des belges, de surcroit des belges francophones, sont contre le séparatisme et de facto comme tu le dis si bien son attachement à une Belgique.

    Le journalisme ce n'est pas de la communication. Le journalisme est par essence de l'information, permettant d'aller plus loin dans le débat en fournissant de nouveaux éléments nourrissant notre réflexion, il n'a pas pour but de créer en nous des émotions nouvelles provoquant des réactions relevant du "passionnel", ne nous faisant guère avancer.

    Posté par Yv, 15 décembre 2006 à 08:37 | | Répondre
  • Gooood Morniiiiing Belgium !

    à l'heure où les débats fleurissent sur les blogs et les forums, je maintiens mon soutien à la RTBF pour cette émission audacieuse.

    je ne dis pas que je n'aurais pas marché un temps. toutefois, internaute avisé, habitué aux hoax et autres intox, j'ai pour saine habitude de recouper les sources.
    Cela me vient peut-être aussi d'un cours de critique historique, avec des images d'actualité de guerre détrounées pour servir la propagande guerrière.

    Or, on se souvient de CNN et des bombardements dits chirurgicaux. On se souvient des armes de destruction massive de l'Irak... C'était pourtant là de l'"information pure et objective" par des journalistes "bons petits soldats"... On se souvient aussi de ce marine "bien informé" s'en allant combattre en Irak "parce que Saddam Hussein est responsable du 09/11"...

    Alors quoi? déontologiquement, les journalistes n'ont le droit de dire le faux que lorsqu'ils relaient le faux qui leur est dicté d'en-haut?

    non, non, non, pas de journalisme emasculé qui soit "his master's voice" : Gooood morniiiiing Belgium !

    Pour un journalisme audacieux qui affirme la subjectivité inhérente à toute communication, et notamment à la communication d'une Information qui ne pourra jamais prétendre être pure et objective.
    Même un "no comment" d'Euronews n'est pas de l'info pure et objective : c'est un montage vidéo supposant une série de choix subjectifs.

    Bien sûr, cela suppose que celui qui s'informe soit conscient que s'informer est une démarche active faisant appel à des capacités critiques.
    Cela suppose qu'il n'avale pas sans discernement tout ce qu'on lui présente comme information prédigérée en séquence de 2 minutes... et qu'il ne s'en contente pas.

    le canular rtb a montré qu'on est bien loin de cet idéal. ca a été une goutte d'intox rafraichissante dans un océan de "prêt-à-penser" aseptisé, rappelant qu'il est parfois sain de nager à contre-courant plutôt que de se laisser porter par le courant.

    bref, à mon sens, cette histoire surréaliste belge, cette démonstration ab absurdo constitue une excellente première leçon d'éducation aux médias...

    mais qu'il est dur de recevoir des leçons !

    C'est un scandale ! et pourquoi pas l'école obligatoire tant qu'on y est? )

    Reste que, passé le choc désanesthésiant, il reste à aborder les questions de fond avec esprit critique et sans se voiler la face.

    Posté par Dorlemonde, 15 décembre 2006 à 10:49 | | Répondre
  • thèse, antithèse et SYNTHESE

    à lire absolument, un édito qui fait la synthèse des arguments avancés ici :

    http://www.lesoir.be/dossiers/le_choc_RTBF/article_500575.shtml

    maintenant, pour parler de ce qui importe vraiment, l'avenir d'une belgique multiculturelle, j'ai lu dernièrement une proposition particulièrement prometteuse qui émanait d'universitaires.

    Si je ne déforme pas, il s'agissait de créer une circonscription électorale multilinguistique afin d'inciter les candidats politiques ayant des ambitions au niveau fédéral à proposer des programmes respectant les intérêts de toutes les communautés. On pourrait imaginer un système où un seuil minimum de voix dans chaque communauté linguistique est nécessaire pour accéder au fédéral. En conséquence, racoller au niveau local des voix sur des thèmes de confrontation communautaire reviendrait pour un politicien à s'interdire tout espoir d'accéder un jour à des responsabilités fédérales. Voilà qui serait bien plus efficace que le "cordon sanitaire"...

    Un autre aspect, au niveau du citoyen, est la nécessité du multilinguisme. Seulement, il est des langues plus porteuses d'opportunités que d'autres et je pense que, sans crispation identitaire, la priorité doit aller à ces langues. La connaissance d'une langue nationale et de langues largement parlées au niveau international me semble répondre au mieux à la nécessité du multilinguisme dans une société toujours plus multiculturelle.

    à débattre

    Posté par Dorlemonde, 15 décembre 2006 à 16:44 | | Répondre
Nouveau commentaire